pentobarbital de sodium dose létale


PDF
List Docs
PDF Guide pour les médecins vétérinaires concernant les méthodes d

Si le pentobarbital sodique est disponible afin de réduire le gaspillage ne pas dépasser la dose recommandée (sauf si cela est nécessaire pour causer la mort) 

PDF Pentobarbital Sodium / Phenytoin Formulation

4 avr 2023 · Dose létale pour 50 d'une popula- tion test (dose létale moyenne); MARPOL - Convention internationale pour la prévention de la pollution 

PDF Pentobarbital Sodium / Phenytoin Formulation

4 avr 2023 · létale pour 50 d'une population test; LD50 - Dose létale pour 50 d'une population test (dose létale médiane); MARPOL - Con- vention 

PDF Pentobarbital Sodium / Phenytoin Formulation

4 avr 2023 · Lethal Concentration to 50 of a test popula- tion; LD50 - Lethal Dose to 50 of a test population (Median Lethal Dose); MARPOL - Interna-

PDF Remise de pentobarbital sodique lors dassistance au suicide

25 oct 2017 · Mention: "dose létale" ou "pour assistance au suicide" Le produit doit être prescrit sous forme de poudre à diluer au moment de l'emploi 

: :
  • Usual Adult Dose For Insomnia

    IM: 150 to 200 mg IM ONCE IV: 1. Initial dose: 100 mg via IV injection ONCE 2. Maintenance dose: 100 to 500 mg via IV Injection 3. Note: The maintenance dose includes the initial dose; additional doses (if needed) should be given in increments after at least 1 minute following the initial dose. 4. Maximum dose: 500 mg/day 1. After administration of...

  • Usual Pediatric Dose For Insomnia

    Adequate, well-controlled studies have not been performed in pediatric patients; published case reports and other studies in pediatric patients supports safety and efficacy. Manufacturer suggested dosing: IM: 2 to 6 mg/kg IM ONCE 1. Maximum dose: 100 mg 1. After administration of a hypnotic IM injection dose, vital signs should be monitored. 2. An ...

  • Renal Dose Adjustments

    Dose adjustment(s) may be required; however, no specific guidelines have been suggested. Caution recommended.

  • Dose Adjustments

    Patients who are elderly and/or debilitated: The dose should be reduced because these patients may be more sensitive to barbiturates. Withdrawal regimens: Cautious and gradual withdrawal of this drug should be performed over an extended period. The manufacturer product information should be consulted regarding recommendations for specific dosing re...

  • Precautions

    CONTRAINDICATIONS: 1. Hypersensitivity to the active component, known barbiturate sensitivity, or to any of the ingredients 2. Patients with a history of latent/manifest porphyria

  • Other Comments

    Administration advice: 1. Parenteral administration should be reserved for situations where oral formulations would be impossible or impractical. 2. Patients receiving IV injections should be closely monitored, and resuscitation and artificial ventilation equipment should be available. 1. IV solutions should not be admixed with other drugs or solut...

How much sodium pentobarbital is too much for euthanasia?

Table 1 shows that overdoses of intraperitoneal injection of sodium pentobarbital for euthanasia at dosages of 100 and 150 mg/kg caused a significant increase (P < 0. 05) in the AST activity of both male and female rats as compared to the corresponding ones of rats euthanized by the lower dose of sodium pentobarbital (50 mg/kg, i. p).

What is sodium pentobarbital?

Olsen and Li (2011) reported that sodium pentobarbital is an injectable, fast-acting, central nervous system depressant which acts via GABA receptors to cause a loss of consciousness and cardiovascular depression 3. In the AVMA Guidelines, anesthetic overdose is recommended as an acceptable method of euthanasia.

What is the recommended dosage of sodium pentobarbital for intraperitoneal injection?

By referring to the literature about anesthesia and surgery of laboratory animals, we noted that the suggested dosage of sodium pentobarbital for intraperitoneal injection was 30-40?mg/kg in rats [ 31, 32 ].

How much Pentobarbital is toxic?

Toxic doses of pentobarbital occur at approximately 1 gram in most adults, with death occurring at 2 to 10 grams. The therapeutic values for pentobarbital depend on the intended therapeutic effect. For sedation, it is 1 to 5 mcg/mL. For intracranial pressure therapy, it is 30 to 40 mcg/mL, and for therapeutic coma, it is 20 to 50 mcg/mL.

Share on Facebook Share on Whatsapp











Choose PDF
More..








PDF Pentobarbital Treatment Guidelines for Severe Traumatic Brain

PDF Pentobarbital Sodium / Phenytoin Formulation - MSD

PDF Pentobarbital Sodium / Phenytoin Formulation

PDF OPEN Sodium pentobarbital dosages for ¡ á measurements in rats

PDF Searches related to pentobarbital de sodium dose létale filetype:pdf







Ann Toxicol Anal. 2013; 25(4): 187-189

c ?Société Française de Toxicologie Analytique 2014

DOI:10.1051/ata/2013050Disponible en ligne

www.ata-journal.orgÉtude de cas / Case report Un cas d'arrêt cardiorespiratoire suite à une intoxication volontaire par le pentobarbital A case report of cardiorespiratory arrest following a voluntary intoxication by pentobarbital

Younes Ait Tamlihat

1.3,? , Emeric Gallard 2 , Jean Philippe Redonnet 2 , Khalid Boussif 1 1

Service de réanimation, Centre hospitalier de Lourdes, 2 avenue Alexandre Marqui, 65100 Lourdes, France

2

Service des urgences, Centre hospitalier de Lourdes, 2 avenue Alexandre Marqui, 65100 Lourdes, France

3

Service anesthésie centre hospitalier de Périgueux, 80 avenue Georges Pompidou, 24019 Périgueux Cedex, France

Résumé -Introduction :Malgré la baisse d"utilisation et de commercialisation des barbituriques à action rapide,

des cas d"intoxications graves par ces produits sont encore constatés.Méthode et résultats :Nous rapportons une

observation d"arrêt cardiorespiratoire récupéré chez une jeune femme de 25 ans secondaire à une tentative d"autolyse

médicamenteuse par le pentobarbital dont la concentration sérique était de 85,1 mg/L (dosage effectué par chromato-

graphie en phase liquide à haute performance) puis diminuée à 2 mg/L après 36 heures d"hémofiltration. L"évolution

s"est faite vers un tableau d"éveil sous cortical sur encéphalopathie postanoxique sévère.Conclusion :L"épuration ex-

trarénale peut permettre une baisse plus rapide de la concentration sérique du pentobarbital, mais ses indications doivent

répondre à des objectifs thérapeutiques.Mots clés :Intoxication, arrêt cardiorespiratoire, pentobarbital, hémofiltration, hémodiafiltration

Abstract -Introduction:Despite the decline in the use and marketing of short-acting barbiturates, cases of severe

poisoning by these products are still observed.Method and results:We report the observation of cardiac arrest in

a young woman of 25 years secondary to attempted drug autolysis by pentobarbital whose serum concentration was

85.1 mg/L (assay performed by high-performance liquid chromatography) then decreased to 2 mg/L after 36 hours of

hemofiltration. The clinical course was that of a subcortical wakeup of severe postanoxic encephalopathy.Conclusion:

Renal replacement therapy may allow a more rapid decline in serum concentration of pentobarbital, but it must meet

treatment goals.Key words:Poisoning, cardiorespiratory arrest, pentobarbital, continuous veno-venous hemofiltration, continuous

veno-venous hemodiafiltration Reçu le 14 mai 2013, accepté après modifications le 6 décembre 2013

Publication en ligne le 26 mars 2014

1 Introduction

Le Doléthal

est unproduitutilisé en médecinevétérinaire pour l"euthanasie des animaux de compagnie. Son principe actif est le pentobarbital sodique avec une concentration de

200 mg/mL sous forme de solution injectable en flacon de 100

et 250 mL. Nous présentonsune observationd"un arrêtcardio- respiratoire secondaire à une tentative d"autolyse par ingestion orale d"environ 40 mL de ce produit.? Correspondance : Younes Ait Tamlihat, younes1977_7@hotmail.fr

2 Observation

Il s"agissait d"une femme de 25 ans, aide vétérinaire, ne prenant aucun traitement etsans antécédent pathologique no- table. Dans un contexte de rupture sentimentale, cette jeune femme avait prévenu son entourage de l"intention de se suici- der via un message téléphonique. Deux heures plus tard, elle était retrouvée inconsciente par un proche, qui l"a conduite directement à l"hôpital. À son arrivée aux urgences, la pa- tiente était en arrêt cardiorespiratoire et a immédiatement bé- néficié d"une réanimation cardio-pulmonaire. Quatre milli- grammes d"adrénaline et deux chocs électriques externes ont

Article publié par EDP Sciences

187
Annales de Toxicologie Analytique 2013; 25(4): 187-189 Younes Ait tamlihat et coll. été nécessaires au retour à une activité cardiaque spontanée, obtenue après 15 min de réanimation. L"hémodynamiqueétait instableet a nécessitéun remplissagevasculaireetla mise sous noradrénaline à raison de 1µg/kg/min. À son admission dans le service de réanimation, la pa- tiente présentait une hypothermie profonde à 30,6 C, un score de Glasgow à trois hors sédation, des pupilles intermé- diaires aréactives, une aréflexie ostéo-tendineuse et une ab- sence des réflexes du tronc cérébral. La tension artérielle était à58/42 mmHg avec mise en évidence à l"échocardiographie transthoracique d"une hypocontractilité globale. L"électrocar- diogramme inscrivait un rythme sinusal régulier et une onde T aplatie en rapportavec une hypokaliémieà 3 mmol/L.Le bilan biologique montrait également une cytolyse hépatique (ASAT =138 UI/L, ALAT=179 UI/L) et une acidose métabolique hyperlactatémique (pH=7,20; HCO3=15 mmol/L, lactate à

9,1 mmol/L). La recherche toxicologique initiale dans le sang

était négative pour les benzodiazépines, les tricycliques et les barbituriques (technique d"immunodosage par inhibition tur- bidimétrique en particule). En revanche dans les urines, les barbituriques recherchés par technique immunochromatogra- phique revenaient positifs. La prise en charge initiale com- prenait un réchauffement cutané visant une température entre

32 et 34

C, un remplissage vasculaire et l"adjonction d"un

inotrope avec monitorage hémodynamique (méthode de ther- modilution transpulmonaire). Un angioscanner cérébral était réalisé et a permis d"éliminer le diagnostic de mort encépha- lique. Devant le tableau clinique de coma barbiturique, une épuration extrarénale par hémofiltration veino-veineuse conti- nue (CVVHF) a été débutée à quelques heures de l"admission dans le service. À noter que deux seringues de 20 mL cha- cune contenant des traces de liquide rose ont été retrouvées devant le corps de la patiente. Aucune ecchymose ni point de ponction n"a été retrouvé à l"examen clinique initial. Le cour- rier laissé par la patiente et retrouvé secondairement par la famille mentionnait la nature et la quantité du produit utilisé dans cette intoxication. Ces données confortaient les éléments anamnestiques rapportés précédemment par l"entourage pro- fessionnel. Le produit en cause est à usage purement vétéri- naire et contient du pentobarbital. L"heure de prise demeurait inconnuemais la quantitéingérée par voie orale était estimée à

8 g de pentobarbital.Son dosage plasmatique effectué à H2 du

démarrage de la dialyse par chromatographie en phase liquide haute performance s"élevait à 85,1 mg/L. L"hémofiltration a duré 36 h, permettant un réchauffement cutané vers une nor- mothermie à partir de J2 et la diminution de la concentration plasmatique du pentobarbital à 2 mg/LàJ4. L"évolution initiale était marquée par une stabilité neuro- logique, par un sevrage en noradrénaline en moins de 24 h et en Dobutamine à J2 permis par le retour à la normalité de la contractilitémyocardique.L"évolutionultérieureétait marquée par l"apparition à J5 de myoclonies de la face et des membres pouvant s"intégrer dans un tableau d"état de mal épileptique (EME). L"électroencéphalogramme (EEG) a confirmé l"EME ainsi que sa régression sous un lourd traitement par 3 g/jour de lévétiracétam, 40 mg/jour de diazépam et 250 mg/jour de fos- phénytoïne. Aucune activité épileptique patente n"a été objec- tivée par la suite sur les différents EEG réalisés. En revancheil

persistait une souffrance cérébrale diffuseavecalternancedestracés?alpha coma?et?thêta coma?. Cliniquement on

assistait à une ouverture spontanée des yeux à partir de J22, sans exécution des ordres simples ni clignement à la menace. Une trachéotomie était réalisée à J14 permettant le sevrage de la ventilation mécanique à J21. La patiente a été transféré au centre d"éveil à J34 en ventilation spontanée sur trachéotomie en air ambiant, alimentée par sonde de gastrostomie et avec un tableau neurologique d"éveil sous cortical.

3 Discussion

Le pentobarbital est un barbiturique à durée d"action in- termédiaire (4-8 h). Il n"est plus à usage humain en France mais est fréquemment employé en médicine vétérinaire. Son délai d"action par voie intraveineuse est quasi instantané et va- rie entre 20 et 60 min par voie orale. Son absorption digestive est rapide, il est métabolisé presque exclusivement au niveau hépatique et éliminé au niveau urinaire sous forme des méta- bolites inactifs. Il est liposoluble et atteint donc les organes riches en lipides comme le système nerveux central et le tissu adipeux. Ce dernier constitue un réservoir avec réalimentation intermittente de la circulation sanguine. L"intoxicationau pen- tobarbital peut provoquer rapidement un coma profond avec arrêtcardiorespiratoirecommecheznotrepatiente.Celui-ciest la conséquenced"unedépressiondes centres respiratoiresavec probable participation d"une vasoplégie et de l"effet inotrope négatif des barbituriques. Au niveau central on peut assister à l"abolition des réflexes du tronc et un silence à l"EEG comme en situation de mort encéphalique [1]. Quant à l"hypothermie, elle est liée à l"inhibition des mécanismes thermorégulateurs et peut participer à la genèse de l"arrêt cardiaque. Elle peut atteindre des chiffres très faibles et se prolonger tant que la barbitémie reste très élevée. La recherche toxicologique est une étape primordiale dans les démarches étiologiques d"une intoxication aiguë. Cepen- dant les différentes techniques utilisées actuellement au labo- ratoire pour cette enquête sont nombreuses et ont des limites et des pièges méconnus par le clinicien. Ceci incite à une dis- cussion collégiale avec le biologiste pour établir, voire parfois élargir la liste de ce screening dans cette observation. Dans cette observationla recherchequalitativedes barbituriquesini- tiale au niveau plasmatique par technique automatisée en im- munodosage par inhibition turbidimétrique en particule n"a ciblé que le phénobarbital. Au niveau des urines, le test de dé- pistage a été réalisé par une technique immunochromatogra- phique par méthode de compétition avec un seuil de détection en sécobarbital égal à 300 ng/mL. Ce test est également sen- sible à d"autres barbituriques dont le pentobarbital, expliquant sa positivité dans ce cas. D"autres techniques peuvent être uti- lisées pour des dosages quantitatifs des barbituriques comme la spectrophotométriedeBourdon-Yonger,la chromatographie en phase gazeuse et la chromatographieliquide à haute perfor- mance, mais les spécificités de ces méthodes semblent diffé- rentes, ce qui rend difficile la comparaison directe des taux sanguins de pentobarbital publiés dans la référence [2]. Dans une étude qui s"est intéressée à la toxicocinétique du pento- barbital, les auteurs ont classé les concentrations sanguines en trois niveaux : thérapeutique de 1 à 10µg/mL, toxique de 10 à

24µg/mL et, enfin, létal au-delà de 24µg/mL [3]. Dans un cas

188
Annales de Toxicologie Analytique 2013; 25(4): 187-189 Younes Ait tamlihat et coll. de suicide par injection intraveineuse de 5 g de pentobarbital, la concentrationsérique dosée égalementpar chromatographie en phase liquide haute performance était de 67 mg/Llepre- mier jour pour atteindre 14,5 mg/Lle4 e jour puis 1 mg/Lle 7 e jour [4]. Cette décroissance spontanée semble très lente par rapport à notre cas où la concentration de pentobarbital attei- gnait 2 mg/Ldèsle4 e jour après une épuration extrarénale de

36 h. Compte tenu de l"indisponibilitédu dosage quantitatifdu

pentobarbital dans notre établissement, nous n"avons pas réa- lisé de surveillance rapprochée de la pentobarbitalémie durant la dialyse. Les deux dosages dont nous disposons ont été ef- fectués au centre hospitalier universitaire le plus proche.Notre objectif était de s"assurer que la concentration plasmatique re- devenait négative et/ou dans la zone thérapeutique afin d"at- ténuer les effets sévères observés chez la patiente (défaillance circulatoire, hypothermie profonde, coma et dépression respi- ratoire). La demi-vie d"élimination du pentobarbital chez un adulte sain est comprise entre 15 et 50 h, mais reste très dé- pendante de la dose. Certains auteurs ont prouvéle raccourcis- sement de ce délai d"élimination avec un recours à l"épuration rénaleenmodehémodiafiltrationveino-veineusecontinue,que ce soit en cas d"intoxication sévère, ou en cas de surdosage lorsquelepentobarbitalétaitutiliséàviséethérapeutique[5,6].

4 Conclusion

L"intoxication au pentobarbital reste grave et nécessite une prise en charge symptomatique adaptée au toxidrome et à la toxicocinétique du produit. Les techniques de recherche

des barbituriques disponibles dans un laboratoire doivent êtreconnues du clinicien ainsi que leurs limites. Sur le plan thé-

rapeutique, l"hémofiltration peut permettre une baisse plus ra- pide de son taux sérique. Conflits d"intérêts.Les auteurs ne déclarent aucun conflit d"intérêts.

Références

1. Molina DK, McCutcheon JR, Rulon JJ. Head injuries, pentobarbi-

tal, and the determination of death. Am J Forensic Med Pathol.

2009; 30(1): 75-77.

2. Romain N, Giroud C, Michaud K, Mangin P. Suicide by injec-

tion of a veterinarian barbiturate euthanasia agent: report of a case and toxicological analysis. Forensic Sci Int. 2003; 131(2-

3): 103-107.

3. Koyama K, Suzuki R, Yoshida T, Kikuno T. Usefulness of serum

concentration measurement for acute pentobarbital intoxication in patients. Chudoku Kenkyu. 2007; 20(1): 45-53.

4. Zanifé D, Schmitt C, Balzani C, Ichai C, Lavrut T, Tichadou L,

de Haro L. Une observation de suicide d"un vétérinaire par pen- tobarbital et dexmédétomidine. Ann Toxicol Anal. 2012; 24(3):

149-151.

5. Bironneau E, Garrec F, Kergueris MF, Testa A, Nicolas F.

Hemodiafiltration in pentobarbital poisoning. Ren Fail. 1996;

18: 299-303.

6. Jae-Myeong L, Young-Joo L, Eun-Sook B, In-Soo C, Se-Hyuk K.

Use of continuous venovenous hemodiafiltration to enhance the elimination of serum pentobarbital before diagnosis of brain death. J Korean Soc Transplant. 2012; 26(2): 120-124. 189
barbituriques sans ordonnance évaluation habiter une métropole 6ème les métropoles et leurs habitants 6ème evaluation antibiotique alcool combien de temps doliprane avant alcool programme saint mont en fete 2017 abbaye de flaran horaires abbaye de flaran exposition 2017

PDFprof.com Search Engine
Images may be subject to copyright Report CopyRight Claim

PDF) A review of secondary pentobarbital poisoning in scavenging

PDF) A review of secondary pentobarbital poisoning in scavenging


PDF) The use of oral pentobarbital sodium (Nembutal) versus oral

PDF) The use of oral pentobarbital sodium (Nembutal) versus oral


PDF) Pentobarbital in dog food

PDF) Pentobarbital in dog food


PDF) Verification and Defined Dosage of Sodium Pentobarbital for a

PDF) Verification and Defined Dosage of Sodium Pentobarbital for a


PDF) Refinement of intraperitoneal injection of sodium

PDF) Refinement of intraperitoneal injection of sodium


PDF) The history of barbiturates a century after their clinical

PDF) The history of barbiturates a century after their clinical


Pentobarbital Toxicity after Self-Administration of Euthasol

Pentobarbital Toxicity after Self-Administration of Euthasol


Sodium pentobarbital dosages for exsanguination affect biochemical

Sodium pentobarbital dosages for exsanguination affect biochemical


Sodium pentobarbital dosages for exsanguination affect biochemical

Sodium pentobarbital dosages for exsanguination affect biochemical

Politique de confidentialité -Privacy policy